Nouveautés

  • Baume réparateur
    Baume réparateur

    Baume réparateur, aux plantes et à la cire d'abeille sans aucune chimie...

    13,00 €

Ruche écologique

La ruche Warré est dite écologique. En effet, de part ses dimensions intérieures (30cm x 30cm), elle respecte les comportements naturels de l'abeille durant les périodes froides de l'année ; elle épouse la grappe lorsque l'essaim se resserre par temps froid. Ceci a pour conséquence :

  • de donner accès à l'intégralité de la nourriture par temps très froid 
  • de permettre aux abeilles de ne chauffer que le minimum de volume.

Mais ceci n'est pas suffisant à mon avis pour dire que l'on a une ruche écologique. En effet, l'abeille n'est pas un insecte transhumant... L'essaimage est son moyen de reproduction mais il y a toujours un essaim qui reste dans la ruche (ou logis). En d'autres termes, transhumer une ruche ne respecte pas le comportement naturel de l'abeille qui ne se déplace pas à plus de 3km de sa ruche.

De plus, les plantes d'un même lieu, ne fleurissent pas toutes au même moment (je dirais même toute l'année pour certains lieux). Donc si l'on pratique la transhumance, on ne va pas favoriser de la même manière la reproduction de toutes les plantes. On va donc avoir un impact négatif sur la biodiversité.
Par exemple, si l'on amène sur un lieu des ruches uniquement durant la miellée de la lavande (juillet), on ne va pas polliniser, avec nos abeilles le pissenlit ou la pulmonaire (mai), le thym (juin), la calune (septembre) etc...

Cependant, en ces temps de climat bouleversé, de pesticides et autres parasites importés, il est parfois bien difficile pour nos abeilles d'avoir assez de nourriture. L'apiculteur se retrouve ainsi "obligé" de les transhumer pour espérer obtenir un surplus de leur production ou pour fuir les pesticides.

En conclusion, je dirais que pour être vraiment écologique, la ruche Warré doit être conduite de manière sédentaire. Ceci pour permettre une bonne pollinisation de l'ensemble de la flore locale et donc favoriser la biodiversité. Mais en ce moment, c'est pas facile !